EM BOURGES…DIAS 24 E 25 DE ABRIL…HAVIA FADO!

Fernando Pessoa a dit un jour que…

« La valeur des choses n’est pas dans le temps qu’elles durent, mais dans l’intensité avec laquelle elles arrivent. C’est pour ça qu’il existe des moments inoubliables, des choses inexplicables et des personnes incomparables. »

Cette citation suffirait presque à décrire les deux nuits de Fado organisées et proposées par le Centre Franco-portugais de Bourges, vendredi 24 et samedi 25 avril.

Devant le succès rencontré l’année dernière lors du dîner-fado. Le Centre Franco-portugais avait souhaité réitérer l’expérience mais sous un format plus intimiste.

Pari réussi !

Le premier émerveillement fut dès l’ouverture de cette magnifique salle qu’est le « Théâtre Saint Bonnet » aux allures baroques.

Le deuxième…fut le voyage proposé à travers l’univers du fado qui a permis au public présent de mieux comprendre pourquoi le fado a été sacré par l’Unesco.

Au cours de ces deux soirées, le public a eu la chance de voir sur scène quatre passionnés de ce style de musique.

Venus tout exprès de Porto pour nous offrir deux nuits mémorables.

Les deux fadistes : Nelson Do Carmo et Cristina Batista, ont enthousiasmé le public par leurs interprétations.

Lui, par sa maturité, sa maîtrise de style et sa répartie.

Elle, par sa fraîcheur et son timbre étonnant de voix.

Tous les deux ont tour à tour su transmettre des sentiments et des émotions, soulignés par les cordes des deux musiciens : Antonio Reis à la guitare classique et Acàcio Branquinho à la guitare portugaise.

Et à chaque concert, ce furent deux heures de (re)découverte dans une ambiance à la fois nostalgique et gaie qui invitaient au partage.

Dans le public, certains étaient curieux et impatients de savoir si le fado est tel qu’on le décrit, triste et nostalgique.

Les autres, ceux qui connaissaient déjà ce chant, avaient hâte de vivre cette rencontre avec leur propre culture.

Mais tous étaient unanimes pour dire qu’au-delà de la barrière linguistique, le fado a le pouvoir de transmettre des émotions intimes à celui qui écoute.

La soirée du samedi 25 avril s’est terminée par un moment très émouvant durant lequel les quatre artistes, pour commémorer les 41 ans de liberté retrouvée par la Révolution des œillets ont interprété « Grândola Vila Morena » entonnée avec beaucoup d’émotions par le public portugais.

Et c’est par une ovation debout que s’est terminé la représentation.

Après les deux concerts, c’est en toute intimité que le public a pu rencontrer les artistes, au cours d’un cocktail offert par le Centre Franco-portugais.

On ne remerciera jamais assez, les quatre artistes venus de Porto ; Nelson Do Carmo, Cristina Batista, Antonio Reis et Acàcio Branquinho. Les deux familles d’accueil qui les ont gentiment reçu et accueilli ; Francis et Corinne ainsi que Fatima.

La photographe Annabel qui pour l’occasion avait installé un atelier photo dans la salle de cocktail. M. Franck Ciup et son épouse Anne- Marie, le propriétaire du théâtre Saint Bonnet.

Et bien sûr, les bénévoles qui ont œuvré pour le bon fonctionnement de ces deux journées.

Hélène Amoroso

10689486_10205416074795095_5381820803885707320_n 21807_10205416074275082_22798769480133064_n 11159524_10205416074035076_2080753796176467721_n

crédits photos: V.Legouhy/H.Amoroso

Publicités