La Costa de Prata

La Costa de Prata, c’est la magie de l’eau qui s’étend sur plus de 2OO km de plages entre Costa de Lisboa et Costa Verde. Elle laisse aussi percevoir des lacs inattendus qui surgissent de la brume et la lumière sur l’eau fait des reflets d’argent. Les rivières serpentent doucement entre les vallées sinueuses où se dressent des châteaux médiévaux, des villages implantés sur les côteaux, des lagunes et des forêts exubérantes. De grandes plages de sable fin commencent à Furadouro, Torreira, S.Jacinto
et suivent par Costa Nova, Mira, Tocha, Quaios, Buarcos, etc.

En continuant à descendre la côte surgissent Lavos, Pedrogao et Vieira, nous atteignons ensuite les plages recoupées dans les falaises d’une grande beauté comme celle de S.Pedro de Moel …

Cette région, où l’eau est une constante, se miroite tranquille dans les bras de la mer, les lagunes du littoral, les petits lacs et aussi dans les fleuves, parmi lesquels le Vouga et le Mondego qui serpentent dans les vallées.

L’eau est encore présente, dans ses fameuses stations thermales de Luso, Curia, Monte Real, Piedade, Caldas da Rainha, Cucos et Vimeiro, ces eaux médicinales qui sont très à la mode depuis le début du XXe siècle.
Vers l’occident, sur la côte, la ville de Figueira da Foz est un centre balnéaire célèbre pour son étendue de sable et pour son casino très fréquenté.

Mais la Costa de Prata ce sont aussi des plaines, des montagnes et des forêts. Vers l’intérieur, les « Serras » de Caramulo, Buçaco, Lousa et Sico. Plus vers le sud, les « Serras » d’ Aires et Candeeiros, avec le Parc Naturel et les Grottes de Mira de Aire, Santo Antonio et Moeda. A l’ouest le profil inattendu de la Serra de Montejunto.

Des dolmens et des fortifications rappellent la préhistoire comme celles d’
Arouca et son couvent bénédictin millénaire Aveiro – il faut déambuler dans ses rues musées afin d’admirer ses magnifiques temples recouverts de carreaux de faïence et de bois doré sculpté, ses églises et ses musées. Ses édifices de style Art Nouveau sont traversés par des canaux et liés par de petits ponts courbés comme autant d’invitations à la halte. Ici, les « moliceiros, ces bateaux pittoresques et colorés, recueillent les algues dans la grande lagune d’eau salée.

Aux bords du fleuve Mondego, se dresse Coimbra, une des villes universitaires les plus anciennes de l’Europe, où flottent, dans les rues typiques, les grandes capes noires des étudiants qui fredonnent un doux chant de fado.

Un peu plus loin, vous trouverez Conimbriga – il faut absolument visiter les ruines de cette ville romaine fondée il y a plus de 2 OOO ans et qui attestent la très ancienne vocation de loisir de la Costa de Prata
En allant vers le sud, on trouve la ville de Leiria, un important pôle économique avec son château médiéval perché sur un rocher du haut duquel on voit défiler des milliers de pèlerins, entre le mois de mai et le mois d’octobre, en direction du sanctuaire de Fatima où en 1917, trois jeunes bergers ont décrit leur vision de la Vierge Marie. Le 13 mai donne lieu à d’immenses fêtes annuelles.

À Tomar, il faut visiter le couvent de Cristo qui fut jadis le bastion de l’Ordre des Templiers et de l’Ordre des Chevaliers du Christ. Il était désigné comme le quartier général des grandes navigations au temps de la Renaissance. À noter ses cloîtres et son autel circulaire et un des plus grands chef-d’oeuvre de la région, la célèbre fenêtre manuéline.
Un peu plus loin, à l’île minuscule d’Almourol, , vous découvrirez un curieux château entouré de légendes.
Montemor o Velho, Pombal, Porto de Mos et Ourém sont connus pour leurs châteaux.

L’architecture gothique du Monastère de Santa Maria da Vitoria à Batalha est aussi un chef d’oeuvre du romantique de style gothique manuélin, fastueux avec ses pierres taillées en dentelles, ses cloîtres et son mausolée qui abrite les fondateurs de la dynastie d’Avis, les parents d’Henri le Navigateur. Le monastère a été construit à la suite d’une promesse pour la victoire de l’indépendance du Portugal.

À quelques kilomètres, le monastère d’Alcobaça est classé Patrimoine mondial par l’UNESCO. De la cuisine spectaculaire avec ses fourneaux énormes et où convergent deux rivières, à la salle du chapitre ou celle des Rois du Portugal, tout y représente l’admirable pureté esthétique. Pourtant, c’est l’église qui est la plus célèbre, peut-être parce qu’on peut y admirer les tombeaux du roi D. Pedro et de Ines de Castro dont l’histoire d’amour a inspiré tant d’écrivains et de poètes.
Sur la côte, dans la ville de pêcheurs de Nazaré, les hommes, avec des chemises à carreaux et les femmes qui portent sept jupons superposés, s’occupent des filets, dévoués à la mer et à ce qu’elle offre.
Le Sitio est un point de visite obligatoire pour la foi qui entoure cet endroit et aussi pour son panorama magnifique.
À proximité de Caldas da Rainha, célèbre pour ses thermes, il faut obsolument visiter Obidos blottie à l’intérieur des remparts de la vieille ville, l’une des plus pittoresques et des plus fleuries du pays, un bourg médiéval aux ruelles étroites avec des maisons blanchies à la chaux, de superbes églises et le château qui a été transformé en magnifique pousada.
Vers le sud, vous pourrez aussi découvrir et observer le mouvement du port de Peniche avec sa forteresse du XVIe siècle d’où on peut voir les îles Berlengas. Ici, la dentelle aux fuseaux est un art.

Calme et romantique, la Costa de Prata offre de confortables hôtels, des « Pousadas », des auberges, des maisons seigneuriales, de bons terrains de camping, de nombreux restaurants, et, question divertissement, le Casino de Figueira da Foz, la vie nocturne et des fêtes hautes en couleurs – Les régates de bateaux « moliceiros » à Aveiro, les Fêtes de la Reine Sainte et la « Queima das Fitas » (fêtes universitaires) à Coimbra, le Carnaval à Ovar et Torres Vedras, le « vira » (danse populaire) de Nazaré sur la plage et la Fête des « Tabuleiros » à Tomar (5 et 7 juillet) et plus encore.

Publicités