Le Porto

Le porto est un vin muté portugais, produit uniquement dans la région du Haut Douro, à 100 km en amont de la ville éponyme. La vigne est essentiellement exploitée par de petits producteurs, possédant chacun une petite parcelle, appelée quinta.

Du vin est produit dans la vallée du Douro depuis l’Antiquité mais ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’apparaît l’appellation « vin de Porto ».
Il connut à cette époque un grand succès en Angleterre. À la suite de la guerre avec la France, les Anglais délaissant le vin français, se tournent vers le Porto. Avec le traité Methuen (1703), traité de coopération militaire, diplomatique et économique, ils obtiennent le privilège de fonder au Portugal des maisons de négoce en échange de la baisse des taxes sur le vin de Porto. Mais il reste cher et en concurrence avec les vins français. De plus, il supporte mal le voyage. On avait déjà l’habitude d’y ajouter de l’eau de vie pour qu’il supporte le transport. C’est alors qu’un marchand anglais Jean Bearsley a l’idée d’en augmenter le degré en ajoutant de l’eau de vie de vin pure. C’est la naissance du produit sous sa forme actuelle, produit très vite apprécié en Europe. La demande ayant augmenté considérablement, cela entraîna une baisse de qualité. Le premier ministre de l’époque, le Marquis de Pombal, créa donc en 1756 un comité pour garantir des critères de qualité, un précurseur des appellations d’origine protégée en quelque sorte. Le règlement prévoyait entre autres de mettre en place un cadastre des rives du Douro.

Une classification basée sur un système de points divisait le porto en six catégories, les facteurs pris en compte étant le climat, le sol, son inclinaison, l’altitude, le rendement ainsi que l’âge des vignes. Les cépages furent également divisés en catégories, au nombre de trois.
Faute de route, les fûts de porto devaient être transportés par bateau (les rabelos) jusqu’à Vila Nova de Gaia, où se trouvaient les principales sociétés de vente de porto. Ces bateaux ne servent plus aujourd’hui mais peuvent toujours être observés (voir photo).

Le Royaume-Uni est aujourd’hui encore un des plus gros pays consommateurs de porto et les Britanniques ont joué un rôle important en tant que propriétaires de sociétés de porto. Les grandes sociétés sont Cálem, Ferreira, Messias, Graham’s, Barros, Quinta do Noval, Sandeman, Taylor’s, Fonseca, Niepoort. La majorité des caves de porto fait aujourd’hui partie de grands consortiums internationaux et il reste peu de sociétés familiales. Le porto est, à l’instar du cognac ou du champagne en France, principalement un produit d’exportation.

Publicités